WILLAM


 







 

Le parc automobile de la France du début des années 60 est bien pauvre en microcars!
Tous les anciens constructeurs tels que Mochet ou Rovin, pour ne citer qu'eux , ont fermé boutique depuis quelques années déjà, quant aux plus jeunes comme Vespa ou Velam, leur destinée plus brève encore, n'en aura été que plus triste. Seul survivant de la " glorieuse décennie " précédente le Solyto. Il convient toutefois de le traiter un peu à part du fait de sa vocation utilitaire.
En 1966, fort de ce constat, Henri WILLAME, architecte de formation et alors directeur de Lambretta-France, décida de faire réaliser une voiturette dont il pourrait ensuite assurer la distribution au travers du réseau d'agents et de concessionnaires Lambretta afin d'assurer l'avenir de ces derniers en prévision de l'arrêt de fabrication des scooters et triporteurs qui était dèjà planifié et qui fut effectif peu de temps après.
En important par la suite une multitude d'autres petits véhicules de la même catégorie, Henri Willame allait en quelque sorte créer une véribable marque aux yeux de beaucoup de propriétaires de l'époque. Il présidera quelques années à la destinée de son entreprise dont la raison sociale changera plusieurs fois avant la fermeture définitive qui interviendra en 1988. Entre temps, un grand nombre de ces petits véhicules seront vendus. C'est sous le nom de WILLAM plutôt que celui de leurs constructeurs respectifs que j'ai préféré vous les présenter :



 


1967 - CITY :
celle sans qui rien ne serait arrivé ...


C'est à Varzi, en Italie que cette petite auto sera fabriquée par la société LAWIL, nom obtenu à partir de la première syllabe du nom des associés : Messieurs Lavezzari et Willame. Présentée début avril 1967, elle surprennait par sa petite taille, et surtout par sa sa faible longueur: pas plus de 1.78m!


 



 

Reprennant la mécanique du triporteur Lambretta, elle était à l'origine disponible en 125 ou 175 cm3. Cette seconde version qui ne correspondait pas réellement à un besoin puisque nécessitant le permis de conduire, fut retirée du catalogue en 1970. Une longue carrière allait être offerte à la City qui suivant le type de carrosserie et son évolution allait prendre des noms différents.

Première évolution en 1969 avec l'adoption d'un coffre arrière qui porte la longueur à 2.05m :



 

 




 A partir de 1971, la City est vendue en Italie, à cette occasion de profondes modifications interviennent :
Le châssis, jusqu'ici en tube de section circulaire, est maintenant de section rectangualire.
Le train avant provient de la FIAT 500.
Le moteur est maintenant un BCB à cylindre vertical ( le précèdent était horizontal). Proposé en 125cm3 pour la France, la version italienne aura droit à un 250cm3. Ce sont en fait 2 moteurs de 125 qui, accouplés donnent des performances intéressantes mais avec une consommation assez phénoménale!
La boite de vitesses est également modifiée et adopte la grille Européenne, alors qu'à l'origine, c'est grâce à un inverseur que la marche arrière était possible. Quelqu'un a t-il déjà essayé de rouler en quatrième en marche arrière avec une City? Un conseil: abstenez vous.
Les roues de 8 pouces sont remplacées par du 10 pouces. Comme vous le constatez le changement est radical mais pourtant pratiquement imperceptible car la carrosserie n'a pas été liftée: photo de gauche.
Le changement le plus visible interviendra en 1980: photo de droite.
La City s'allonge d'une vingtaine de centimètres afin d'avoir un vrai coffre. Elle retrouve à cette occasion les glaces de custode de ses débuts et la découpe des passages de roue des ailes avant est modifiée ( pas celle de l'arrière !) :o(
Le moteur 125cm3 BCB est remplacé par par un LAWIL de même cylindrée.

 

 

 

FARMER :

C'est au salon de Paris de 1968 que la première Farmer est présentée. Sa carrosserie est en polyester.
Cette première version est reconnaissable aux deux grosses vis moletées qui tiennent le capot.
Photo de droite: L'une de ces très rares Farmer type 1 survivante. Elle mérite une restauration complète ( son ancien propriétaire l'ayant entre autre équipée de portes artisanales )




En 1970 la calandre de la Farmer adopte la forme de celle de la City. A cette occasion, la carrosserie est équipée de portes, le capot de charnières classiques et la roue de secours prend place à l'arrière du véhicule façon jeep. Les petites barres chrômées qui dominent le pare-brise ainsi que la carrosserie sont conservées pour un temps.
Le stand Willam du salon 70 :


Le millésime 71 subit les mêmes modifications mécaniques que la berline avec qui plus est un changement de taille : la carrosserie est maintenant en tôle et le pare-brise est basculant. Ce modèle qui n'évolura plus jusqu'en fin de carrière ne remporte pas en France un succès important. La clientèle pour la grande majorité agée lui préfère en effet la version fermée, alors que l'Italie trouve en elle un modèle idéale pour la plage surtout en 250 cm3 !
Voici l'un de ces modèle qui en Italie était vendu sous la marque LAWIL et portait le nom de Varzina.

Merci Francy pour vos photos !





FOURGONNETTE et BREAK :

La fourgonnette est incontestablement la version la plus vendue.
Grâce à un empattement augmenté de 60 cm, le volume utile est assez important (105x115x92cm) quant à la charge utile de 400kg, elle bat tous les reccords de la catégorie! Certains inconditionnels du triporteur Vespa, Lambretta ou Peugeot franchiront même le pas. C'est dire...
L'évolution de ce modèle suivra celle de la berline avec qui plus est une version nouvelle: le Break.
Certains d'entre eux recevront une décoration des panneaux latéraux extérieurs en faux bois.
Sa vente cessera en France avec la cessation d'activité de l'importateur en 1988.



PICK-UP :

Un modèle très peu vendu en France et pourtant bien sympathique que ce pick-up établi à partir du châssis de la fourgonnette et équipé de la cabine de la berline de la première génération, c'est à dire sans coffre arrière. Une bâche était disponible en option. Sa diffusion reste confidentielle, il sera retiré du catalogue à partir de 1977.

 



FARMER II :


Sous cette appelation sera proposée à partir de 1975 un " nouveau modèle". En fait, il est établi à partir de la carrosserie métalique de la FARMER sur laquelle hard top et porte en plastique sont fixés afin d'en faire une berline. Particularité de ce véhicule : ses portes papillon. Devant le faible succès de la Farmer II, WILLAM sera obligé dès 1977 de proposer à nouveau à sa clientèle l'ancienne City. La Farmer II disparait en 1980

 




Entre temps, Henri WILLAME aura la bonne idée de ne pas se limiter qu'a cette série.
C'est ainsi qu'en 1973 il décide d'importer une toute nouvelle voiture italienne fabriquée par Baldi : La Frog.



FROG :


 



Si la version présentée au Salon de Paris de cette même année était équipée d'un moteur emprunté à la Fiat 500, ce ne sera finalement qu'une version 125cm3 à moteur BCB qui sera disponible sur notre territoire.
Il en résulte une sous-motorisation évidente en regard des 385 Kkilos, ce qui ne permettra pas à la Frog de dépasser 53km/h. Retirée du catalogue dès 1975, elle n'aura finalement été produite, dans cette cylindrée, qu'à 300 exemplaires.
Ceci en fait aujourd'hui en véritable Collector.
Malgrè une gamme de motorisation plus attractive dans sa version italienne, la fabrication cesse à la même époque. Monsieur BALDI ayant de son coté de nouveaux projets. D'autres informations relatives à Frog sont disponibles à la rubrique BALDI (voir index des marques)

Si parmi vos relations, une porte coté passager ainsi qu'un coffre arrière de Frog cherchent une famille adoptive....
Je suis preneur :o)



C'est auprès de la Société BMA, très proche de BALDI puisque toutes deux créées par Monsieur Baldi que WILLAM trouve d'autres nouveautés à distribuer.

A SUIVRE....